Suramortissement : un effet indiscutable sur l’investissement industriel et l’emploi

Quel est l’impact de la mesure de suramortissement de 40 % sur l’investissement productif lancée par le gouvernement en avril 2015 et applicable jusqu’au 14 avril 2016 ? Est-il ou non pertinent de la prolonger ? Difficile de connaître si peu de temps après son lancement les bénéfices de ce dispositif d’autant plus que son application dans les entreprises ne déclenche pas de signal immédiatement détectable.
Le 10 décembre dernier, le service Marchés et statistiques du Symop a donc mené une enquête éclair auprès de ses adhérents, pour mieux connaître le sentiment des fournisseurs de biens d’équipements de production sur cette mesure.
Vous trouverez ci-dessous une synthèse des résultats.
Alors que l’industrie française a besoin d’investir pour se moderniser et s’affirmer dans le jeu international, la mesure de suramortissement semble clairement lever les freins du manque de visibilité dont souffrent les chefs d’entreprises. Le souhait du maintien et de la prolongation du dispositif est unanime.

Une mesure encore mal connue…
Selon 18 % des répondants, la mesure reste encore mal connue. Elle se déploie lentement auprès du tissu industriel puisque 51 % des industriels interrogés ont dû relayer l’information auprès de leurs clients. Ils sont 31 % seulement à estimer que leurs clients connaissaient déjà le dispositif.

 

… que les clients devraient pourtant utiliser
D’une manière générale, les clients devraient utiliser cette mesure dès lors que l’investissement réalisé entre dans le champ d’application pour 55 % des fournisseurs interrogés. Il reste toutefois difficile de connaître les intentions fiscales quand il s’agit de grands comptes ou lorsque la relation fournisseur-client n’est pas en lien direct, comme l’attestent 35 % des répondants.

 

… et dont l’existence a un impact réel sur l’investissement industriel et l’emploi

93 % des fournisseurs interrogés constatent un effet sur l’investissement industriel. Pour 61 % d’entre eux, les clients débloquent enfin les projets en cours d’étude. Pour 39 %, les investissements étaient prévus mais sont accélérés par la mesure. Les effets se font déjà sentir sur le volume d’activité pour 74 % des répondants.

À l’unanimité, ils souhaitent le maintien de ce dispositif car l’annonce est trop récente pour que les PME se l’approprient. La durée de cette mesure est en outre aujourd’hui trop courte pour qu’elle puisse donner toute sa puissance. Au-delà de l’aspect financier, les chefs d’entreprises ont besoin de sentir que leurs orientations stratégiques en matière d’investissement sont en ligne avec la dynamique insufflée par les Pouvoirs Publics. La confiance est indispensable en matière d’investissement. Et la France doit rattraper son retard en la matière. Ce dispositif y contribue.

L’effet sur l’emploi est indiscutable et déjà 53 % des industriels interrogés estiment que cette mesure favorisera l’emploi dans leur entreprise. L’investissement étant lié à l’emploi, ils sont 68 % à estimer impact favorable sur l’emploi chez leurs clients.

 

Complément d’information : retrouvez ICI l’instruction fiscale concernant la mesure, publiée le 21 avril 2015.