[PORTRAIT] Stéphane Crépet, nouveau président du groupe logiciels

Élu président du groupe logiciels lors de la réunion du 5 mai, Stéphane Crépet, CEO de la société PRODUCTYS, répond à nos questions.

[Symop] En quelques lignes, dites-nous qui vous êtes.

Stéphane CREPET, chef de projets, directeur puis chef d’entreprise depuis 1993 dans le domaine de l’industrie, avec une spécialité d’origine marketing/base de données qui m’a permis d’apporter des solutions de suivi de production/diffusion d’informations originales et robustes. De nombreuses collaborations m’ont amené à créer pour des grands comptes des solutions logicielles toujours axées sur le décisionnel en production industrielle, en liaison avec l’automatisme/Contrôle-commande. J’ai créé Productys en 2005 avec une stratégie basée sur des solutions génériques et paramétrables, appuyé par des partenaires intégrateurs et constructeurs de renom. Depuis 2013, le marché du MES nous a permis de constituer un ensemble désormais disponible en web et mobile. Ils répondent aux besoins de digitalisation, avec la vague de l’usine du futur, pour cibler enfin les PMI et ETI avec des solutions locales ou hébergées.

[Symop] Quelles sont les grandes caractéristiques du secteur du logiciel en France ?

Le logiciel se développe très correctement en France, avec des acteurs répartis dans de nombreuses spécialités et un R&D très actif, soutenu par les gouvernements qui se sont succédés. Le secteur Banque-Assurance reste prédominant, mais l’informatique industrielle est très bien représentée, avec Dassault qui reste le plus grand éditeur national tous secteurs confondus. Le principal secteur logiciel historique concerne les activités de conception, mais la production (hors ERP que l’on peut considérer généraliste) génère des besoins avec la digitalisation prônée par l’Usine du Futur qui ouvre de nombreux débouchés innovants. L’aide à la maintenance est également bien représentée.

[Symop] Comment voyez-vous votre mission en tant que président du groupe Logiciels ?

Il est important à mon sens de faire en sorte que les acteurs logiciels puissent mieux se connaître et déjà se classer dans les grandes fonctionnalités du numérique. Ma mission sera avant tout une interconnexion de mondes à la fois proches et éloignés, avec une identification des problématiques mais aussi des atouts qui sont partagés par l’ensemble des acteurs concernés du Symop. A terme, ce groupe devrait devenir le représentant des logiciels industriels en France, au nom de la mécanique omniprésente en industrie.

[Symop] Quelles vont être vos principales actions dans les mois/années à venir ?

  • Identifier les secteurs et proposer une répartition compréhensible par tous, ou chacun peut clairement s’identifier
  • Recenser les problématiques partagées par tous et créer des groupes de travail comme cela a été entamé lors de notre dernière réunion
  • Élargir le groupe aux acteurs du numérique au sens large, et proposer l’adhésion à des acteurs représentatifs non adhérents actuels au Symop
  • Envisager une manifestation nationale dédiée aux acteurs Informatique & Digital en Industrie
  • Etc.

 

Chaque outil actuel ne peut s’envisager hors du numérique, que ce soit en conception ou exploitation. Le nouveau groupe constitué se met au service de l’ensemble des membres du Symop pour les accompagner dans leur propre digitalisation, et bien évidemment celle de leurs clients. Nous pouvons aider à rendre des outils ou machines communicants, à apporter de la mémoire aux équipements de production, rendre possible et abordable la notion de jumeau numérique pour une conception et une industrialisation optimales, et jusqu’à proposer de changer de modèle économique pour fournir à vos clients des solutions innovantes dans la durée, en lieu et place de produits.