La Rencontre Exclusive de la machine-outil du 15 octobre en vidéo

La 6e rencontre annuelle de la machine-outil du 15 octobre a donné la priorité à l’anticipation afin de mieux appréhender la situation des marchés clients de l’usinage et du formage, et leurs évolutions.  

En introduction, Olivier Dario, Délégué général du Symop a présenté la stratégie et les propositions du Symop face à la crise que nous traversons. Il a été suivi par Catherine Bruzaud, Responsable du service économie du Symop qui est revenue sur les tendances des ventes de machines-outils en 2019. C’est Jéremy Leonard, Director of Global Industry Services chez Oxford Economics, qui a débuté la série de présentations économiques avec les perspectives de la machine-outilDenis Schemoul, Associate Director – EMEA Vehicle Production Forecast chez IHS Markit et Patrice Julé, risk underwriting manager chez Coface, ont respectivement fait un état des lieux et des évolutions des marchés automobile et aéronautique. Pour finir, Denis Ferrand, Managing Director chez Rexecode a décrit les mécanismes qui permettront le retour de l’investissement.

Perspectives de la machine-outil

La pandémie a nettement impacté les commandes de machines-outils en 2020, dans toutes les régions du monde. L’analyse des risques incluant une deuxième vague de la pandémie montre les premiers signes d’amélioration de la demande en toute fin d’année 2021 en Europe. Elle a eu lieu à la mi année pour l’Asie puisque la Chine connait déjà un net rebond de son économie. Un retour à la normale n’interviendrait qu’en 2022.

Automobile, les changements et les conséquences sur la production

L’industrie automobile mondiale est en profonde restructuration. Tous les constructeurs s’activent pour proposer un véhicule électrique dans leur gamme. En 2030, 25 % des ventes porteront sur des voitures électriques. L’impact se fera sentir dès demain sur la production de moteurs thermiques, de pièces métalliques, donc l’usinage mécanique. Les constructeurs attendent des outils de production flexibles, passant d’une plateforme à une autre, facilement adaptables aux différentes configurations industrielles.

Aéronautique

Les constructeurs aéronautiques enregistrent des commandes en chute libre. La pandémie a maintenu les flottes au sol, cet arrêt de l’activité a sévèrement impacté les chiffres d’affaires des compagnies déjà en difficulté. L’industrie aéronautique n’attend pas de reprise avant 2023 sur les commandes d’avions de transport.  Par contre, les secteurs de l’aviation privée ou militaire n’affrontent pas les mêmes difficultés et restent sources d’activité de production.