Conjoncture du 2e trimestre 2018

Le trimestre se termine sur une conjoncture peu moins favorable pour une croissance du PIB en zone euro. Après le ralentissement observé en mai, la croissance de juin est sans doute due à un effet de rattrapage temporaire.

Le développement moins important des commandes à l’export et un repli de la confiance des industriels se traduisent en juillet par une détérioration de leurs perspectives économiques, notamment en raison des  inquiétudes relatives aux guerres commerciales qui se sont intensifiées.

Climat des affaires Symop au 2e trimestre 2018

En Allemagne, la croissance du secteur industriel rebondit portée par une hausse accrue de la production. En France en revanche, la quasi-stagnation de l’industrie manufacturière freine la croissance globale du secteur. Ainsi, après un taux de 0.5 % à fin juin, le PIB devrait connaitre une évolution un peu plus faible à 0.4 % sur le 3e trimestre

La forte sollicitation de l’appareil productif français, couplée avec une  pénurie de main d’œuvre qualifiée, explique sans doute le ralentissement du premier trimestre. Sur le second trimestre, l’activité s’est stabilisée à un niveau supérieur à sa tendance de long terme. Après un mois de mai en retrait, l’activité industrielle s’est fortement reprise en juin et reste toujours bien orientée en juillet.

Les volumes de production augmentent. Les nouvelles commandes à l’industrie se redressent, alors même que les commandes en provenance de l’étranger ont nettement reculé en raison de l’impact des tensions commerciales internationales. Les perspectives d’activité sont bonnes, les entreprises anticipant un renforcement de la demande au cours des prochains mois.