Ce qu’il fallait retenir du discours de politique générale de Jean Castex

Le 15 juillet, Jean Castex a prononcé son discours de politique générale devant l’Assemblée Nationale. Après avoir présenté un premier bilan de la crise sanitaire et souligné les faiblesses de notre économie, il a détaillé les principaux axes de son plan de relance.

Premier bilan de la crise sanitaire

Le virus est toujours présent. Jean Castex a confirmé le développement du port du masque et l’intensification de la politique de dépistage. Il souhaite éviter le retour à des formes strictes et larges de déconfinement, dont nous connaissons désormais le coût social et économique.

La crise a souligné la faiblesse de notre appareil productif, incapable de pourvoir à nos besoins. L’État doit donc retrouver les voies de l’anticipation et la capacité de se projeter. C’est pourquoi le Président de la République souhaite la création rapide d’un Commissariat Général au Plan.

Afin de concilier démocratie directe et démocratie représentative, le CESE sera transformé en Conseil de la Participation Citoyenne.

Très largement touchés par la crise, les jeunes bénéficieront d’un plan spécifique pour la jeunesse basé sur une réduction du coût du travail à hauteur de 4 000 € par an pour les moins de 25 ans rémunérés jusqu’à 1.5 SMIC, et ce pour toutes les embauches d’au moins un an. Par ailleurs, 300 000 parcours et contrats d’insertion seront mis en œuvre.

100 Mrds€ destiné au plan de relance économique

Le plan de relance couvrira tous les grands secteurs économiques et tous les territoires.

Destiné en priorité à la préservation de l’emploi via l’activité partielle (30 Mrds€ en 2020, 8 Mrds€ en 2021) pour les entreprises confrontées à une baisse durable de leur carnet de commandes, il permettra aussi le développement des compétences (1.5 Mrds€ supplémentaires investis dans la formation).

Jean Castex a rappelé l’importance de transformer notre appareil productif :

Notre industrie s’est affaiblie, plusieurs fleurons sont passés sous pavillon étranger. Nous sommes aujourd’hui trop dépendants de nos partenaires extérieurs et insuffisamment présents.

40 Mrds€ du plan de relance seront donc destinés à l’allègement des impôts qui pèsent sur la production en France, au développement des technologies d’avenir, à la réduction de l’empreinte carbone, à la numérisation des entreprises et des administrations, à la souveraineté économique au niveau européen, au soutien des investissements des collectivités (développement durable, aménagement du territoire, réseaux…) et à la réduction des émissions des transports et de l’industrie (20 Mrds€).

Concertation avec les partenaires sociaux et les collectivités territoriales

Jean Castex invite chaque groupe parlementaire à transmettre ses propositions pour favoriser la relance au Gouvernement. Celui-ci présentera tous les deux mois un point d’avancement sur le plan de relance et fera un point spécifique sur l’allègement et la simplification des procédures administratives.

Les entreprises qui bénéficieront d’aides ou s’inscriront dans le cadre de l’activité partielle de longue durée seront invitées à une modération stricte des dividendes et à une vigilance accrue sur les conditions de traitement des sous-traitants.