[COVID-19] Les usines des constructeurs automobiles à l’arrêt

Le CSF automobile s’est tenu mardi sous la présidence de Agnès Panier Runacher – Secrétaire d’État à l’Industrie faisant un point sur les fermetures des sites au 17 mars et les mesures d’accompagnement du gouvernement.

Objectif & messages clés de la Ministre :

  • On continue à travailler autant que possible : il faut limiter les contacts sociaux (repas de famille, repas d’amis) mais il faut continuer à travailler en protégeant les salariés (Le télétravail est la règle impérative pour tous les postes qui le permettent ;  Les règles de distanciation pour les emplois non éligibles au télétravail doivent impérativement être respectées ; Les restaurants d’entreprise peuvent rester ouverts, mais doivent être aménagés pour laisser un mètre de distance entre les places à table)
  • On arrête : quand on n’a pas la demande ou quand les conditions de travail ne permettent pas de respecter les distances de sécurité
  • Les camions de pièces détachées continuent de circuler en Europe
  • Les perturbations pourraient durer environ 3 mois et l’objectif est d’être prêt pour le redémarrage de l’activité à pleine vitesse

Mesures d’accompagnement du gouvernement

  • Le report des échéances fiscales et sociales de mars sur simple demande des entreprises.
  • Garantie sur la base de la notation de la Banque de France avant l’entrée dans la crise COVID 19 (2 MD de crédit garanti par BPI France pour des prêts existant).
  • Respecter les délais de règlement de paiement vers nos fournisseurs.
  • Demande de ne pas facturer de pénalités de retard par les donneurs d’ordre pour raison de COVID 19.
  • Mesure de chômage partiel massive avec 30 jours rétroactif pour obtenir les autorisations (le site du ministère est pris d’assaut) ; c’est la date de demande qui fait foi (délais actuel 48h pour autoriser, 15 jours pour payer).

Point d’information des constructeurs

  • 17 mars 2020

Volkswagen

Le constructeur automobile allemand Volkswagen va fermer «de manière imminente» la «plupart» de ses usines en Europe pour «deux à trois semaines» en raison de l’épidémie du coronavirus, a annoncé mardi son patron, Herbert Diess. S’il n’a pas détaillé le calendrier pour ces fermetures, les syndicats ont indiqué de leur côté que la production serait suspendue à partir de vendredi.

Renault

Renault a annoncé mardi l’arrêt de sa production en Espagne tant que l’état d’urgence restera en vigueur dans ce pays face à l’épidémie de coronavirus. Un plan d’adaptation de l’emploi a été mis au point pour faire face à cette situation, précise le constructeur automobile français, qui prédit une reprise rapide de l’activité commerciale une fois la crise passée.

  • 16 mars 2020

Renault

Renault ferme ses usines face au coronavirus. Le constructeur automobile a annoncé ce lundi «l’arrêt des activités de production sur les sites industriels en France jusqu’à nouvel ordre, en fonction de l’évolution de la situation sanitaire». Une décision qui prend effet en fin de journée. Ces suspensions d’activités industrielles concernent 12 sites et 18.000 salariés en France, précise Renault. «La continuité des activités de production des usines du groupe dans les autres pays européens est fonction de la situation de chaque pays», peut-on lire dans le communiqué envoyé par la direction.

Renault Trucks

Renault Trucks met à l’arrêt ses usines, 4500 salariés concernés : Le constructeur français de poids lourds Renault Trucks (groupe AB Volvo) a annoncé lundi la fermeture «jusqu’à nouvel ordre» de ses quatre sites industriels français, qui emploient 4500 salariés. Sont concernées les usines de Lyon, Bourg-en-Bresse, Blainville-sur-Orne (Calvados) et Limoges, dont la situation sera réévaluée «en fonction de l’évolution de la situation sanitaire», a précisé le groupe dans communiqué. Cette décision est destinée à «protéger (les) salariés» de l’entreprise et à «répondre aux mesures demandées par le gouvernement français pour contenir l’épidémie de Covid-19», ajoute-t-il. Dans les secteurs commerciaux et recherche & développement, les salariés vont travailler à distance «afin de garantir la continuité des activités». Mais «parce que le rôle des transporteurs est primordial pour approvisionner les établissements de santé et les commerces de première nécessité, le service de dépannage 24/7 et les ateliers de réparation continueront de fonctionner», assure Renault Trucks.

Toyota

Le site de Toyota à Valenciennes (Nord), où travaillent quelque 4500 salariés, a annoncé lundi la suspension de sa production «pour une durée indéterminée» à partir de mercredi en raison du coronavirus. «Dans le cadre du Covid-19, Toyota Motor Manufacturing France (Toyota Valenciennes) annonce ce jour à 17H30 en CSE extraordinaire la suspension de la production du site d’Onnaing -Valenciennes à compter du mercredi 18 mars 05H30 et ce pour une durée indéterminée», a indiqué la direction du site dans un communiqué. «Malgré un suivi très strict des recommandations du gouvernement depuis plusieurs semaines et la mise en place de nombreuses mesures préventives, il nous est aujourd’hui difficile de poursuivre notre activité dans des conditions optimales pour nos salariés», a expliqué Luciano Biondo, président de Toyota Motor Manufacturing France. «Même si à ce jour, aucun cas de coronavirus n’a été confirmé pour les salariés de Toyota Onnaing, l’heure est à la prudence et à la responsabilité sociale de notre entreprise», a-t-il ajouté. «On s’oriente a priori vers une solution de chômage partiel pour les personnes qui seront amenées à ne pas travailler, soit la très grande majorité », a précisé le site à l’AFP, soulignant que les décisions devraient se prendre dans les prochaines heures. Plusieurs dizaines de personnes seront toutefois amenées à rester sur site pour assurer les fonctions indispensables telles que les activités comptables, informatiques, paye, a-t-on précisé de même source.

PSA

Le constructeur automobile va fermer dans les jours qui viennent ses sites de production en France, à commencer par celui de Mulhouse, selon plusieurs sources syndicales. « La direction a annoncé la fermeture de tous ses sites industriels dans les jours qui viennent, à commencer par celui de Mulhouse cet après-midi », a indiqué Franck Don, de la CFTC PSA. « Les autres sites industriels suivront. La CFDT avait poussé la direction à prendre cette décision, notamment au regard du vent de panique qui secoue les salariés », a souligné Christine Virassamy, déléguée centrale CFDT chez PSA.

Fiat Chrysler (FCA)

Le constructeur italo-américain Fiat Chrysler (FCA) a annoncé lundi dans un communiqué qu’il fermait la majorité de ses usines de fabrication européennes jusqu’au 27 mars, en raison de la pandémie de coronavirus.
Cette décision concerne six usines en Italie, une en Serbie et une en Pologne, précise FCA, alors que l’Italie déplore plus de 1800 morts dus au coronavirus.

Michelin

Le groupe français de pneumatiques Michelin a décidé d’interrompre la production de ses usines pendant «au moins une semaine» en Espagne, en France et en Italie à cause du coronavirus, a annoncé lundi matin un porte-parole. Il s’agit de respecter «les mesures d’hygiène et de confinement mises en place dans ces pays», a expliqué ce porte-parole à l’AFP, précisant que cette décision était pour l’instant valable «jusqu’au dimanche 22 mars». La fermeture «concerne plus de 20.000 salariés sur 21 sites industriels dans les trois pays» les plus touchés en Europe par l’épidémie, a précisé le porte-parole. Ces mesures pourront être prolongées et «le groupe pourra être amené à prendre des mesures similaires pour d’autres usines Michelin en Europe». Le manufacturier de pneumatiques indique «regarder les processus d’indemnisation pour les salariés» en fonction des dispositifs dans chaque pays. L’arrêt de production sera effectif à partir de mardi matin, en raison du délai nécessaire pour arrêter les usines. La décision a été prise ce week-end «pour contribuer à l’effort des trois gouvernements de ralentir l’expansion de l’épidémie» et «pour assurer la protection maximale de nos salariés», a-t-on précisé de même source. En France, la décision s’applique à 14 sites industriels qui emploient environ 10.000 personnes, soit à l’ensemble des usines du groupe à l’exception de celle de Bassens, près de Bordeaux, qui fabrique des élastomères de synthèse exportés vers les usines Michelin du monde entier et qui est «indispensable à la poursuite des activités du groupe dans le reste du monde». Concernant les sites de Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire) et Bourges (Cher), qui produisent pour l’armée, des vérifications sont en cours pour examiner si les contrats autorisent un arrêt total de la production. En Espagne, un peu plus de 7000 salariés sont touchés sur 4 sites, et en Italie environ 3500 personnes sur 3 sites de production. Concernant les activités tertiaires du groupe, le télétravail a été généralisé à l’ensemble des salariés, a indiqué le porte-parole. Ces mesures pourront être prolongées et «le groupe pourra être amené à prendre des mesures similaires pour d’autres usines Michelin en Europe».

  • 13 mars 2020

Renault, Seat et Nissan

Renault, Seat et Nissan ont annoncé vendredi l’arrêt momentané de la production dans plusieurs de leurs usines espagnoles en raison de problèmes logistiques liés à l’épidémie de coronavirus. Les usines Renault de Valladolid et de Palencia cesseront de produire lundi et mardi faute de pièces détachées, a ainsi annoncé un porte-parole du groupe automobile français. «Hier, nous n’avions pas de problème et maintenant, nous devons arrêter pendant deux jours à partir de lundi à Palencia et Valladolid», a-t-il dit, expliquant que la chaîne d’approvisionnement a subi des perturbations en Catalogne. Environ 6.000 ouvriers travaillent dans ces deux usines.

La production cessera également pour une durée indéterminée à l’usine Seat de Martorell, la plus importante du constructeur, près de Barcelone, toujours pour des problèmes logistiques liés à l’épidémie, a annoncé un porte-parole de la filiale espagnole de Volkswagen. Selon un dirigeant syndical, l’arrêt pourrait durer jusqu’à six semaines, ce que le porte-parole n’a pas confirmé. Sept mille employés sont, selon lui, concernés.

Deux usines de Nissan à Barcelone ont par ailleurs été mises à l’arrêt vendredi après-midi, en raison des mesures d’isolement prises dans la ville voisine d’Odena, qui affectent un fournisseur. L’activité sera suspendue jusqu’à lundi, a précisé un représentant de la firme. Les deux usines sont normalement fermées le week-end. Après l’Italie, l’Espagne est le deuxième pays d’Europe le plus touché par l’épidémie de coronavirus apparu en décembre en Chine. Source : Le Figaro –
Les quatre usines espagnoles du constructeur automobile français Renault sont à l’arrêt « lundi et mardi » à cause du coronavirus et une reprise de la production est incertaine pour les jours à venir, a appris l’AFP auprès d’un porte-parole du groupe. Ces usines situées à Valladolid, Palencia et Séville emploient « un peu moins de 10.000 personnes ».