Besoin d’un roboticien dans la région de Toulouse ? Recrutez-le en alternance

La phase de recrutement pédagogique de la licence professionnelle Robotique de l’université Paul Sabatier a permis de présélectionner une soixantaine de candidats qui recherchent actuellement une entreprise d’accueil pour l’alternance. 24 étudiants intègreront la LPROB à la rentrée 2020-2021.

L’Université Paul Sabatier de Toulouse dispense une formation professionnelle en robotique, en alternance, pour des candidat de niveau bac+2. Cette licence professionnelle prépare aux métiers d’intégrateur robotique, de chargé de production robotisée, et de chargé de maintenance et de supervision.

La phase de recherche de contrat d’alternance, habituellement réalisée sous la forme d’un jobdating permettant aux entreprises de rencontrer sur une demi-journée de nombreux candidats, a dû être repensée pour respecter les contraintes sanitaire en vigueur.

L’université propose donc 2 choix aux entreprises qui souhaitent recruter des apprentis :

1) diffuser les coordonnées des entreprises aux candidats en recherche d’alternance afin qu’ils leur adressent des candidatures directement

2) transmettre aux entreprises une liste de CV de candidats sélectionnés en fonction de leurs besoins spécifiques

Il est évidemment possible de combiner les 2 actions. Les entreprises intéressées peuvent se rapprocher du responsable du recrutent, par mail Cédric Puechbert ou par téléphone 06 50 33 77 37.

 

Cette année le gouvernement met en place une aide exceptionnelle pour les entreprises qui recrutent des apprentis.

Les employeurs qui recrutent, entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021, un apprenti mineur se verront verser une prime de 5 000 euros. Le montant de cette aide financière sera de 8 000 euros pour les apprentis de plus de 18 ans. Cette prime à l’embauche vaut pour tous les contrats d’apprentissage du CAP à la licence professionnelle. Elle sera versée sans condition aux entreprises de moins de 250 salariés. Les autres devront respecter leur objectif de 5 % d’alternants dans leur effectif, sous peine d’avoir à rembourser cette aide exceptionnelle.