Chiffres clés 2016 – 2017

Capture

CONJONCTURE DE NOS SECTEURS EN 2015
Amélioration progressive
La croissance s’est raffermie en 2015 en France atteignant 1.2 %. L’économie française a bénéficié de coups de pouces majeurs. La baisse du prix du pétrole a profité à la consommation des ménages, premier contributeur à la croissance du PIB. La baisse des taux d’intérêt, l’affaiblissement de l’euro, mais également le dispositif CICE, ont permis un redressement des marges des entreprises.En France, le début de l’année 2015 a été caractérisé par la stabilité de la demande sur un marché français en mal de dynamisme et une activité dense sur les marchés export. Puis, les investissements ont lentement retrouvé des couleurs sur le marché domestique. Les industriels renforcent leur productivité en s’appuyant sur l’automatisation et la flexibilité de leur processus de production. Les machines multifonctions, robots ou systèmes de contrôle et de mesures bénéficient de cette demande. La mesure de suramortissement en faveur des investissements de production, portée par le SYMOP, rend alors possible l’amélioration de l’outil de production français.

À l’export, même si les pays émergents ont décéléré, la demande de certains secteurs industriels y reste dynamique, pour les machines d’emballage, les machines de transformation de carton ou des lignes d’usinage. Les projets asiatiques, indiens, mais également américains permettent un développement certain. En outre, les incertitudes politiques continuent d’interférer sur les affaires en Russie, au Moyen-Orient, ou au Brésil. L’Europe est restée atone.

PERSPECTIVES 2016 
D’un renforcement progressif de la croissance à une (douce) reprise de l’investissement ?
Qu’attendre pour l’année 2016 ?Le maintien des circonstances extérieures favorables joue en faveur d’une croissance identique en 2016 à celle observée en 2015. Les mesures de soutien ponctuelles mises en œuvre (plan pour l’emploi, mesures fiscales pour les foyers) doperont la progression de l’emploi et maintiendront la consommation des ménages. Néanmoins, l’activité restera bridée par un chômage élevé et une compétitivité industrielle à améliorer.Les fournisseurs d’équipements de production connaitront une activité en progression sur la première partie de l’année, en lien avec des entrées de commandes 2015 plus performantes. La prolongation de la mesure de suramortissement jusqu’à fin 2017, accompagnée de taux d’intérêt bas, devrait favoriser le redressement de l’investissement productif.Prenant en compte l’ensemble de ces éléments, la croissance du PIB français atteindrait 1.1 % en moyenne annuelle en 2016

 

Pour consulter ou télécharger la version pdf cliquez ICI, ou feuilletez la version flipbook ci-dessous.